Comprendre la permaculture

Perma QUOI ?

La « Permaculture » est la contraction anglophone de Permanent Agriculture, celle-ci ayant été initialement théorisée par deux australiens : Bill Mollison et David Holmgren. L’idée principale étant de rendre les zones cultivées les plus pérennes possibles, et de les intégrer au mieux à l’environnement naturel et social qui les entoure.

Principes généraux de la permaculture

La permaculture n’est donc pas une technique en soi, mais plutôt une philosophie autour de l’agriculture qui pourrait se décliner en trois principes clés : le respect de l’environnement, le respect de l’humain (consommateurs et exploitants), et enfin la mise en adéquation de ces deux composantes pour une agriculture riche et abondante qui permet la redistribution équitable des surplus générés.

De chaque principe découle plusieurs pratiques et techniques qui ne sont pas figées, mais doivent au contraire s’adapter à chaque situation particulière (surface, terrain, climat, situation géographique…).

Par exemple, le « permaculteur » s’évertuera à imiter la nature dans ses aménagements de terrain : faire se croiser le plus de milieux différents (forêt, prairie, broussailles, mare…), ce qui accroît les échanges d’un milieu à l’autre. La plus grande biodiversité se trouve toujours à la lisière entre deux milieux différents.

Ses cultures seront intégrées dans son environnement, avec des espèces de végétaux pour les couverts, des essences d’arbres pour l’agroforesterie, des plantations annuelles et pérennes pour le maraîchage, le tout sélectionné en se basant sur ce qui se développe le mieux dans son environnement local. Il suffit dans l’absolu de prendre de le temps de l’observer.

Le côté « local » comme le côté « social » sont très importants dans la permaculture. Même pour un exploitant qui souhaiterait se lancer dans ce mode de culture, le projet ne doit pas se voir comme une simple vente de produits au prix du marché, mais comme un échange juste et équilibré entre la rémunération du travail fourni par l’agriculteur et les moyens du consommateur.

Aussi le troc est vivement encouragé, aussi bien entre agriculteurs afin de développer leurs activités et de mettre en commun leurs ressources, qu’entre agriculteurs et consommateurs afin de s’adapter à la réalité financière de chacun tout en développant les échanges.

La permaculture tend plus vers l’autosuffisance que vers la réussite financière, et cherche plus l’intégration sociale que la notoriété. Tous les échanges se font au niveau local, afin de se rapprocher du consommateur, de limiter le transport (temps, dégradation des produits, pollution…), et de créer un réseau d’entraide efficace et durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

About

Aliquam laoreet consequat malesuada. Integer vitae diam sed dolor euismod laoreet eget ac felis. Donec non erat sed elit bibendum sodales. Donec eu cursus velit. Proin nunc lacus, gravida mollis dictum ut, vulputate eu turpis. Sed felis sapien, commodo in iaculis in, feugiat sed enim. Sed nunc ipsum, fermentum varius dignissim vitae.


Contact

Catégories